Emplois confirmés

 

Julien, 36 ans
DNTS Ingénierie des façades


Sa formation : 
DUT Génie Mécanique
>> DNTS Ingénierie des façades en alternance en 1989-90.


Son métier aujourd'hui : 
Directeur de site chez un fabricant de menuiseries aluminium prêtes à poser


Son témoignage : 
« J’ai eu la chance de faire ma formation en alternance dans une entreprise qui faisait de la fabrication et de la mise en oeuvre de menuiseries aluminium et d’éléments de façade ; j’y ai découvert d’emblée toutes les facettes du métier : bureau d’études, suivi de chantier, lancement en fabrication, serrurerie, menuiserie, vitrage, etc. Ensuite, je suis passé en trois-quatre ans de la direction d’une équipe de pose à un poste de technico-commercial, avec une autonomie que seule une grosse PME familiale peut offrir quand on s’est montré digne de confiance. Quand j’ai considéré que je n’avais plus grand chose à découvrir, j’ai changé sans difficulté pour un fabricant plus gros, où j’ai fait du support technique client sur les chantiers, du contentieux, de la réorganisation de service... tant et si bien qu’en 98, on m’a proposé de m’investir dans une société du groupe qui avait des difficultés. En 7 ans, elle est passée de 6 personnes à 34 ! Je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de secteur où l’on peut avoir accès aussi rapidement à un poste en autonomie. Sincèrement, j’étais loin d’imaginer que ces métiers de la menuiserie aluminium étaient aussi riches, on peut tout y faire! La filière est récente, elle est pleine d’opportunités et si on se passionne, elle a beaucoup à donner.  »



Sandrine, 44 ans
Formations AFPA et GRETA


Sa formation : 
Bac F1 construction mécanique
Bac Méthodes et préparation en mécanique (AFPA) en 1989 
BTS conception industrielle option système mécanique (AFPA) en 93 Formation intensive sur Autocad (GRETA) en 1999-2000


Son métier aujourd'hui : 
Dessinatrice chez un industriel concepteur de systèmes de profilés alu


Son témoignage :
« Je suis intéressée par la mécanique depuis toujours. Au cours de mon parcours, j’ai toujours essayé de progresser, selon les possibilités, pour approfondir ce qui m’intéressait. Et les possibilités sont vraiment nombreuses si on se donne la peine de chercher. Y compris des formations entièrement prises en charge par le Conseil Général, ce qui était le cas avec le GRETA. Je suis venue à l’aluminium par hasard, alors que je faisais de l’intérim. Quand on m’a proposé de rester, je n’ai pas hésité car la gamme est intéressante et le travail incroyablement varié. Je travaille en relation avec les concepteurs qui me donnent les côtes qui servent de base à mes dessins. Mais au-delà des aspects techniques que je maîtrise bien, j’apprécie beaucoup « l’effet 3D ». Je réalise beaucoup de maquettes pour illustrer les documents qui sont produits par la communication ou le marketing, ou pour agrémenter les réponses aux gros appels d’offres. C’est très valorisant pour les produits, on visualise tout de suite ! J’espère bientôt passer à l’animation. »

 


Stéphane, 33 ans
DNTS Ingénierie des façades


Sa formation :
IUT Génie Mécanique
>> DNTS Ingénierie des façades en alternance obtenu en 1992


Son métier aujourd'hui :
Projeteur concepteur et responsable Qualité chez un industriel concepteur de systèmes de profilés alu


Son témoignage :
« C’était clair, après l’IUT, je voulais travailler vite. Je me suis pourtant laissé séduire par une entreprise qui proposait des contrats de qualification en alternance dans le cadre du DNTS. Elle est toujours mon employeur aujourd’hui ! L’avantage de cette formation, c’est que j’étais payé et que c’était très concret, avec beaucoup de terrain : c’est formateur, on comprend plus vite qu’en cours magistral, et je suis devenu un inconditionnel de ce type de formule : rien ne vaut l’école dans l’entreprise ! Aujourd’hui, je conçois les nouveaux produits, profilés et accessoires, ce qui suppose de suivre les réglementations thermiques et acoustiques et l’évolution des méthodes de calcul. Et puis au fil du temps, j’ai décidé de m’impliquer dans la gestion de la Qualité au sein de mon entreprise et j’ai en quelque sorte créé mon poste, puis une petite équipe autour de moi. C’est une grande satisfaction de voir que j’ai pu faire avancer les choses dans le sens d’une meilleure satisfaction du client. Rétrospectivement, je me rend compte que j’ai fait le bon choix avec la filière alu : on pourrait croire que c’est une orientation professionnelle très spécialisée, mais c’est tout le contraire ! Il y a tellement de métiers et de notions qui gravitent autour de l’alu que s’en est fascinant... Et ce n’est pas fini, c’est un matériau neuf qui va encore beaucoup évoluer. Décidément, je ne me vois pas ailleurs ! »

 


Grégory, 32 ans
DNTS Ingénierie des façades


Sa formation :
DUT Génie Civil
>> DNTS Ingénierie des façades obtenu en 1997


Son métier aujourd'hui :
Chargé d’affaires à l’international chez un industriel concepteur de systèmes de profilés alu


Son témoignage :
« Mon DUT en poche, j’ai préféré faire une spécialisation pour multiplier mes chances sur le marché de l’emploi, car en 95, le gros-oeuvre embauchait peu. J’ai eu la chance de faire mon stage dans une grande entreprise, dans le service qui établissait toutes les études et les plans destinés aux entreprises de fabrication et de pose de menuiseries alu. C’était très proche du chantier, très concret, et ça m’a permis d’acquérir une solide formation sur les normes. Ensuite, j’ai trouvé du travail sans problème, et j’ai pu changer de job comme je voulais. Aujourd’hui encore, l’alu, c’est une voie royale, à condition d’être mobile. J’ai connu l’évolution classique du technicien qui apprend le commercial. Il faut absolument maîtriser les deux, l’alu est un produit technique, et quand on est face à un client, il faut pouvoir lui parler normes, livraison, qualité, paiement, répondre à ses interrogations techniques, etc. Après l’Afrique francophone et le Proche Orient, je m’apprête à partir pour l’Inde, pour m’occuper de la filiale locale et les aider à passer de la simple distribution de produits à un accompagnement du client en conception sur les projets d’immeubles de bureaux. Ensuite, j’espère évoluer vers un poste de responsable de zone, pour être plus en amont sur les projets. Je voudrais souligner deux choses. D’abord, la qualité de la formation initiale que j’ai reçue, très pratique, branchée sur la réalité, avec un aperçu complet des métiers qui permet de bien choisir sa voie à la sortie ; j’étais comme beaucoup de jeunes, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire par méconnaissance du milieu professionnel, et avec mon diplôme, les possibilités de rebondir étaient énormes... et le sont toujours ! L’autre point, c’est le dynamisme de la filière menuiseries alu : si on aime le bâtiment, si on aime bouger et aller de l’avant, il y a énormément d’opportunités à saisir. On peut créer son poste, créer sa boîte, en racheter une, ou tout simplement remplacer la génération de cadres qui va bientôt partir en retraite, en valorisant des formations spécialisées que ces cadres n’avaient pas parce qu’à l’époque, elles n’existaient pas. Il faut en profiter ! »